Cf. art. R. 4321-67 et R. 4321-74. Tout d’abord, il convient de rappeler que la masso-kinésithérapie ne doit pas être pratiqué comme un commerce.

Ainsi, chaque masseur-kinésithérapeute doit veiller à l’usage qui est fait de son nom, de sa qualité ou de ses déclarations. Il ne doit pas tolérer que les organismes, publics ou privés, où il exerce ou auxquels il prête son concours, utilisent son identité à des fins publicitaires auprès du public non professionnel.

A cet égard, la chambre disciplinaire de première instance de l’ordre des masseurs-kinésithérapeute de Midi-Pyrénées en date du 18 mars 2015 (n°2014-65-006) a infligé la sanction de l’avertissement a deux masseurs-kinésithérapeutes pour avoir méconnu les dispositions des articles précités, notamment concernant un article de presse qui présentait de manière élogieuse les professionnels regroupés ainsi que le bâtiment dans lequel ils se sont installés avec une photographie de celui-ci.

Posted in: Devoirs généraux des masseurs-kinésithérapeutes.